Découvrir Laignes → Laignes en Images

LA LAIGNE

                                                       Laignes, dont la devise est "Beau clocher, Belles filles, Belle fontaine", tire son nom de la rivière "La Laigne". Celle-ci rejaillit, après des dizaines de kilomètres en souterrain, dans le bassin, vers la naïade, oeuvre du sculpteur A. HUSSON.

 

LA CHAPELLE SAINTE MARGUERITE

                                A l’entrée Ouest de la ville, on peut remarquer la chapelle Sainte Marguerite datant du XVIè siècle, vestige de l’ancien hôpital fondé au 13ème siècle par Marguerite de Bourgogne.

 

LA TOUR MAISON DIEU

                           Derrière, on aperçoit la tour Maison Dieu, dernier témoin de la ceinture de remparts qui encerclait jadis la ville.    

L'EGLISE SAINT DIDIER

                 Au centre de Laignes, se trouve l’église que l’on peut visiter toute l’année. Ce monument, classé monument historique, date du 13è siècle pour la nef et les collatéraux. La partie haute date de la fin du 15è siècle avec un choeur polygonal et un double transept. On remarquera particulièrement la tour du clocher dont la flèche s’élève très haut dans un double élan.     

 

LE CAFE DES CHIENS

                 
Situé également au centre du village de LAIGNES, le Café des Chiens, qui abrite aujourd'hui la bibliothèque-médiathèque Louis Blairet, a retrouvé son lustre originel grâce aux derniers travaux de restauration de sa façade et de sa vitrine qui ont permis à la mairie d'obtenir le 3ème prix du prix régional du patrimoine 2013 catégorie Patrimoine bâti.

Augustin HUSSON, limonadier, achète au milieu du 19è siècle cette maison pour en faire un café. Ses talents de sculpteur et de tourneur sur bois s'illustrent dans le décor de la façade. Baptisé "Café des Chiens" lorsqu'il est repris en 1895 par Anna VERRIERE, son activité avait cessé une vingtaine d'années avant qu'il ne soit racheté par la commune en 2003. Après plusieurs travaux de restauration et d'aménagement, le café, transformé en médiathèque, ouvre de nouveau ses portes.

                 La façade principale s'élève sur deux niveaux séparés par une corniche saillante. Huit baies en arc brisé et à remplage néogothique avec lancettes et coeurs rythment le premier niveau et forment la devanture. Les écoinçons sont sculptés de motifs floraux. La porte d'entrée, au centre, est ornée d'un tympan au décor sculpté représentant allégoriquement les quatre saisons. Elle est encadrée par deux statuts de chiens blancs, posées sur des consoles décorées et semblant veiller sagement sur l'entrée tout en donnant son nom au café. Sous la corniche et au-dessus des baies figurent de part et d'autre d'un bandeau les inscriptions "CAFE" et "BAR".  

 Au centre, on trouve un entrelacs de décor végétal de vignes et de roses. Au deuxième niveau, cinq ouvertures en arc brisé, dont une porte-fenêtre centrale, pourvue d'un balcon, scandent la façade. Elles sont toutes surmontées d'une petite baie à quadrilobes. Enfin, deux lucarnes éclairent les combles.

Les travaux de restauration ont été réalisés d'avril à juillet 2012 et ont porté sur la façade. L'ensemble du décor sculpté et des menuiseries extérieures a été repris, en s'attachant à conserver au maximum les éléments d'origine ; seules les parties les plus détériorées ont été remplacées. Le décapage précis a permis de se rapprocher des couleurs originales et de repeindre l'ensemble de façon cohérente. On peut ainsi de nouveau distinguer les tonalités de vert différentes entre les feuilles de vignes et celles des roses, ces dernières étant légèrement plus claires. Les menuiseries des fenêtres sont toutes peintes en bleu, sur les deux niveaux d'é"lévation et sur les lucarnes, ce qui facilite la lecture de la façade.

Les travaux réalisés sur le Café des Chiens de LAIGNES contribuent à redonner tout son éclat à cet ancien café, alors même que la transformation de la destination du lieu en bibliothèque-médiathèque le fait revivre.

LA FILEUSE

                 Le sculpteur Augustin Husson est le père de nombreuses sculptures du village notamment la fileuse située au cimetière sur le tombeau de sa mère Marie représentant une femme filant la quenouille.